News

Les bonnes pratiques des ambulanciers pour prévenir les risques professionnels

Le GIMAC Santé au Travail  réalise des études transversales au sein de ses entreprises adhérentes afin de leur proposer des outils adaptés pour la prévention des risques professionnels.

Dans ce cadre, une étude dans le secteur d’activité des ambulanciers a été réalisée cette année. Cette action a permis de promouvoir la prévention de certains risques : les troubles musculo-squelettiques (TMS), le risque routier et les risques d’Accident d’Exposition au Sang (AES).

Vous trouverez ci-après les bonnes pratiques observées durant cette étude :

 

La prévention du risque routier


Des véhicules de dernière génération offrent des rangements plus adaptés à l’activité et un espace de travail plus important par rapports aux anciens véhicules de même gabarit. Lorsque cela est possible, l’attribution d’un véhicule par équipe permet de responsabiliser les ambulanciers dans la conduite et l’entretien du véhicule.

 

La prévention des risques liés à la manutention manuelle de personnes (troubles musculo-squelettiques)


De nombreux moyens d’aide à la manutention existent pour faciliter les opérations de manutention des personnes, tels que des planchettes de transfert horizontal (entre 2 chaises), des civières scoop, des portoirs souples…

Au-delà des moyens de manutention mis à disposition des ambulanciers, les régulateurs ont aussi leur rôle à jouer en évaluant dès la prise en charge téléphonique les opérations de manutention nécessaire. Cette prise de renseignement intègre au minimum les modalités d’accès au domicile (plain-pied / étage, escalier / ascenseur…) et les spécificités de la personne à transporter (mobilité, corpulence…). Si besoin, les régulateurs orientent les personnes vers des sociétés d’ambulances bariatriques.

 

La prévention du risque d’Accident d’Exposition au Sang (AES)


En complément du kit AES, il est important d’avoir une procédure AES écrite, positionnée avec les kits AES dans les véhicules, ou au minimum au bureau du régulateur.

De plus, il est impératif que les salariés ambulanciers soient en règles vis-à-vis des obligations vaccinales en vigueur dans la profession. Pour répondre à cette obligation, l’employeur doit demander aux salariés de lui transmettre sous pli confidentiel, une copie des vaccinations DTPolio, BCG et IDR, ainsi qu’un résultat d’immunité à l’hépatite B. L’employeur devra adresser ce pli confidentiel au médecin du travail avant l’embauche du salarié ou au plus tard avant la fin de la période d’essai.

 

Le maintien des acquis et échanges sur les pratiques professionnelles


En complément de ces actions spécifiques à chaque risque professionnel, il est intéressant d’organiser régulièrement des actions de rappel sur les compétences acquises durant le Diplôme d’Etat d’Ambulancier (DEA). Ainsi, certaines sociétés organisent des « quart d’heure d’information et d’échange » sur les bonnes pratiques du métier, les dernières recommandations médicales parues, les conduites à tenir lors de difficultés liés aux opérations de manutention, l’utilisation de matériel spécifique…

 

DOCUMENT : Aide Manutention ambulancier